Que sont les accords de Bâle?

Les accords de Bâle sont un ensemble d'accords établis par le Comité de Bâle sur le contrôle des banques (CBCB). Il porte le nom d'une des villes les plus peuplées de Suisse. L'unité administrative du CBCB se trouve à cet endroit et sert également de lieu de réunion habituel. Les accords de Bâle proposent aux institutions financières des recommandations sur les lois et réglementations bancaires afin d'encourager la gestion du capital et la capacité de gérer les pertes.

Le CBCB a été créé en 1974 par les gouverneurs de banque centrale d'un groupe de pays connus sous le nom de Groupe des Dix: Belgique, Canada, France, Allemagne, Italie, Japon, Pays-Bas, Suède, Royaume-Uni et États-Unis. Ces pays constituent la moitié des principales économies du G20. Depuis sa fondation, d’autres pays de ce groupe plus large, comprenant l’Afrique du Sud, l’Inde et la Chine, ont rejoint le CBCB. Les pays hors du G-20, tels que Singapour et Hong Kong, sont également membres.

Il s’agissait d’une liquidation de la banque allemande Herstatt, à Cologne, en raison d’un décalage dans un échange de paiement en dollars qui a entraîné la création du CBCB et a également conduit à l’origine de Bâle I. Publiée en 1988, Bâle I se concentre sur pertes imprévues d’institutions financières telles que celle subie par la Banque Herstatt en fixant des exigences minimales de fonds propres. L'accord établissait cinq niveaux de risque d'adéquation des fonds propres - 0, 10, 20, 50 et 100% - qui mesurent dans quelle mesure une banque peut subir une perte financière; Par exemple, une banque avec 0% de ses actifs pondérés en fonction du risque peut être considérée comme ayant un capital de catégorie 1. Selon Bâle I, le CBCB suggère que les institutions opérant au niveau international ont une pondération de risque de 8%.

Bâle II, publié pour la première fois en 2004, dépasse le cadre de son prédécesseur pour le risque de crédit. En ajoutant la surveillance prudentielle et la discipline de marché aux exigences minimales en matière de crédit, le comité de Bâle a ainsi défini les trois piliers des accords. L'objectif principal de Bâle II est de renforcer et de superviser les normes applicables à la communauté financière internationale.

Avec la crise financière mondiale qui a sévi à la fin des années 2000, la troisième édition des accords de Bâle est parue en 2009. Bâle III a révisé les accords précédents en se concentrant sur le renforcement des institutions financières individuelles afin d'éviter des chocs généralisés. Ce renforcement est encouragé par des techniques telles que l’effet de levier et la liquidité des banques.

En particulier, le CBCB n’exerce pas le pouvoir de faire respecter les accords de Bâle. Ce qu'il encourage, cependant, est une convergence internationale des normes financières de base. Certains membres non-CBCB appliquent les accords de Bâle par le biais de leurs lois et réglementations nationales.

DANS D'AUTRES LANGUES

Est-ce que cet article vous a aidé? Merci pour les commentaires Merci pour les commentaires

Comment pouvons nous aider? Comment pouvons nous aider?